Imaginer le magasin du futur ?

Cette année, le NRF* (National Retail Federation) Big Show/ Salon se divisent en deux chapitres : le premier, entièrement digital, s’est tenu du 12 au 23 janvier. Le deuxième aura lieu du 6 au 10 juin. À chaque édition, ce sont plus de 38 000 participants, 16 000 retailers, 3500 entreprises et 800 exposants qui s’y donnent rendez-vous. Deepidoo s’y est rendu physiquement en 2020 et virtuellement pour le premier chapitre de 2021.

En fonction des secteurs, les enseignements peuvent être multiples, notamment au regard de la digitalisation avancée des points de vente associée au renouveau du parcours omnicanal : quelques chiffres et données issues des conférences apportent un éclairage sur les dernières tendances du retail mondial. Mieux, ils participent à la vision du magasin de demain.


En l’espace de quelques mois, les ventes en ligne ont explosé : le choix du canal contribue activement à la diffusion de pratiques d’achat et habitudes de consommation différentes. Pourtant la boutique reste un centre de recherches permanent.


Retour aux origines : l’approvisionnement


Les capacités digitales ne cessent de s’accélérer : la crise sanitaire a favorisé ce processus. La pénétration digitale au début 2021 équivaut aux projections pour 2025.

Si le rôle du magasin demeure, son design sera différent pour répondre à la mise en place de besoins nouveaux. L’arrière-boutique – la Supply Chain – a été propulsé au premier plan : elle s’immisce dans les vitrines et au cœur des emplacements physiques. Starbucks propose désormais un concept de ‘‘walk-through store’’, où le client rentre uniquement dans un café pour retirer une boisson (commandée en amont via l’App).

La visibilité en termes d’inventaires physiques s’impose à tous niveaux, offline et online. Les possibilités d’un achat en ligne et retrait en boutique – le Curbside pick-up – grimpent en flèche. Les points de vente reviennent à leur fonction première : ce sont des lieux d’approvisionnement. Aux États-Unis, il s’agit de l’une des progressions les plus fortes pour une recherche Google et pour l’année 2020 : + 3 000% pour le seul terme ‘Curbside’.


Le bon produit au bon moment sur le bon canal

Temporalité et durée sont clefs : le même jour, en deux heures ou en une heure ?

Les variables d’ajustement requièrent de l’agilité : distribuer plus rapidement et directement aux consommateurs, limiter les stocks insuffisants voire éviter les rayons vides et autres problèmes d’inventoriat.


D’ailleurs, les pénuries ont été positives pour certains acteurs de la Food : les consommateurs se sont tournés vers leurs marques en propre si des produits similaires « déposés » venaient à manquer. Presque un client sur deux aurait ainsi fait l’expérience d’un article nouveau et 35% d’entre eux envisageraient de les conserver dans leurs routines d’achat.


Le succès de ces dernières initiatives suppose une collecte et analyse plus importante des données : il importe de choisir le bon partenaire pour réaliser une symbiose optimale entre retailers et technologies. En d’autres termes, les rayons physiques et digitaux ne devraient plus être séparés ou encore isolés dans des silos bien précis.

Pourquoi ? Parce que les nouvelles habitudes de shopping vont perdurer : pendant le premier confinement, un individu sur trois a fait ses courses en ligne pour la première fois – cette statistique est largement influencée par la génération des « Boomers ».

Les clients souhaitent davantage contrôler le temps : de nouveaux services tels que les rendez-vous virtuels ou en point de vente, les demandes facilitées et les services additionnels sont bien là pour rester.


Un glissement rapide : Mobile first


L’année dernière, 79% des clients américains auraient fait une première expérience d’achat sans contact pour la première fois. Le constat est simple, la tendance à suivre et surveiller de près : le mobile devient la clef de voûte de l’expérience omnicanale dans la mesure où il permet d’encourager le confort des usagers et symbolise une certaine forme de sûreté (dans un contexte sanitaire incertain).


Le parcours mobile réduit les possibilités de friction ; celui-ci facilite la circulation des informations autant qu’il participe à la diffusion des derniers services. La meilleure technologie est celle qui ne se ressent pas. De surcroît, sur les 12,7 milliards générés par les ventes US du Cyber Monday, 2,7 milliards d’entre elles ont été finalisées sur un téléphone portable entre 10h et 14h.


Réaliser une synthèse entre parcours, pratiques et univers

La grande compression, ou comment la crise continue de forcer l’innovation.

Des modèles émergent ; certaines activités s’inscrivent dans un parcours qualifié de compressé : faire un cours de yoga à domicile ou vivre un moment Michelin chez soi… Ces « innovations » n’auraient sans doute pas eu lieu sans l’impact du choc Covid.


L’échelon local est redevenu au centre des préoccupations des marques – revient à nouveau l’importance des inventaires en magasin. Les géants globaux doivent repenser et ajuster leur offre : l’hyper local est la norme du moment et cela devrait durer. Y compris dans des secteurs exclusifs comme le Luxe, où de plus en plus de clients chinois effectuent des achats « domestiques ».

En ligne crée une nouvelle proximité et des connexions personnelles peuvent naître. À ce titre, le contenu éducatif du retail social ou Live Streaming importe. En Chine, 12% des ventes en ligne proviennent d’outils live.

Les investissements en réalités augmentée et virtuelle de certaines marques sont massifs, en particulier chez Balenciaga où leur dernier défilé était accessible en 3D par le biais d’un casque adapté, muni d’un QR code envoyé par invitation.



Enfin, les nouveaux modèles imposent une traçabilité plus grande : les problématiques durables, propres et vertes ne se limitent plus à de simples mesures. Les actions prises parlent plus fort que des concepts parfois flous. Mieux, ces choix interviennent dans la décision d’achat et l’orientation produit : 67% des clients prennent désormais en compte la dimension « durable » de leurs achats.



Conclusion : retour sur l’importance des partenariats


La digitalisation des points de vente bénéficie à tous les acteurs : encourager la loyauté des clients, maximiser les inventaires physiques pour drainer davantage de trafic – local – en magasin et parachever la mise en place d’un parcours plus immersif.

Commercial ou technologique, la question du partenariat ne se pose plus puisque la crise sanitaire opère une fusion accélérée entre Etail et Retail :

Laissez Deepidoo vous guider vers un nouvel univers ou plutôt, dans ce métavers !


Pour une analyse plus poussée des points abordés dans cet article, téléchargez notre livre blanc : "RETAIL OFFLINE - ONLINE : Une nouvelle frontière ?"

Envie d'en savoir plus sur l'actualité Deepidoo ?

Inscrivez-vous à la newsletter

  • Noir Facebook Icône
  • Noir Twitter Icon
  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir Icône YouTube
  • Noir Icône Instagram

DEEPIDOO FRANCE

22 Quai du Dr Gailleton, 69002 LYON​

Tél : +33 (0)4 37 26 85 75

contact@deepidoo.com