Les voies d’un retail engagé – Mode et Solidarité (Partie 3)


Rent the Runway
Rent the Runway

Louer et revendre

La location agit comme un vecteur de notoriété. Une utilisation optimale des collections anciennes et/ ou pièces iconiques permet non seulement d’assurer une visibilité accrue mais aussi d’asseoir une double légitimité alternative : prestige de marque – les produits anciens restent désirables – et impact écologique mesurable – les gains en matières premières et ressources énergétiques réalisés par les consommateurs. La traçabilité apparaît comme la pierre angulaire du système.


Après avoir fait l’expérience d’afterwork parties dédiés à la location de pièces issues de leur vestiaire iconique, Ba&sh continue l’aventure au Royaume-Uni. En outre, la marque est désormais disponible sur la plateforme locative Hurr avec un emplacement stratégique dans le grand magasin Selfridges de Oxford Street.

Le lancement de la plateforme locative Hurr par Selfridges
Le lancement de la plateforme locative Hurr par Selfridges

Alors que la crise du retail ne cesse de faire rage outre-Atlantique, l’incubateur vintage the Real Real a choisi Chicago pour ouvrir sa plus grande boutique américaine à date.

Le marché de la seconde main affiche des perspectives de croissance insolentes – autour de 20% à l’horizon 2025 et jusque 45% pour un groupe comme Vestiaire collective.

Les secteurs concernés ne sont plus limités aux seuls accessoires, habillement ou décoration : Sur le site de la communauté Vinted, les options de rachat ou de revente incluent les jouets d’occasion !


La boutique the Real Real de Los Angeles
La boutique the Real Real de Los Angeles

Ultime exemple, les récents développements boutique de la marque danoise Ganni opèrent une synthèse entre architecture durable et pratiques renouvelées : des éléments recyclés aussi divers que des bouteilles plastique, pots de plantes et packaging anciens de nourriture sont incorporés à la décoration, elle-même uniquement sourcée en dépôt-vente/ vintage. A cet égard, les moquettes sont issues de collections anciennes et invendues.


Ganni IN Miami’s Design District

Vers une nouvelle chaîne de production ?


En première mondiale dans son flagship de Stockholm, le géant de la fast fashion H&M vient de lancer une machine de recyclage ‘garment-to-garment’ dont le futur repose sur son accessibilité directement en magasin. Baptisée le ‘Loop’, elle désassemble des vêtements usagés pour les assembler et créer ainsi de nouveaux produits : Rien ne se perd… Tout se transforme !

Les innovations en recyclage vont toujours plus loin ; la chaussure de sport ‘made to be remade’ par Adidas est assemblée à partir d’un matériau unique et sans colle. La basket peut être totalement désintégrée pour former une chaussure « neuve ».


FUTURECRAFTLOOP by Adidas
FUTURECRAFTLOOP by Adidas

Pour achever la transition amorcée vers un modèle d’économie dit circulaire, la mode devra relever un défi de taille : s’affranchir d’une chaîne de production encore non durable et mettre le recyclage et la réaffectation de chaque matériau utilisé (‘repurposing’) au centre du nouveau processus durable. En juin dernier, la marque Veja a choisi l’écosystème Darwin de Bordeaux pour ouvrir son laboratoire-atelier de cordonnerie axé sur la réparation et le recyclage des baskets.


Rien ne semble résister à la vague durable et son modèle fondée sur la résilience. Le mot est sur toutes les lèvres. Le financement du système n’y échappe pas. Chez Burberry, des bons obligataires ont été émis, véritables instruments monétaires “verts” qui visent à financer ou refinancer des opérations de développement durable.


Veja et Darwin pour le magasin du futur
Veja et Darwin pour le magasin du futur

Il conviendrait enfin d’intégrer au projet des programmes d’éducation et de sensibilisation aux problématiques responsables. Chez Adidas toujours, le magasin se fait le relais de leur engagement sociétal ; les opérations de collecte de déchets ‘End Plastic Waste’ occupent une place de choix dans les flagships de Londres ou Paris…