Se mettre au vert : douce rêverie ou réalité post-confinement ?


The Conservatory Hudson Yards


Tout d’abord, le vert revient en force dans nos intérieurs. Il n’en a sans doute jamais été trop absent depuis les années 60/ 70 ; l’avocat donnait alors le ton dans les cuisines des parfaites ménagères nord-américaines. Souvent imité et peu égalé, le motif à feuilles de bananier et palmes choisi pour le papier peint du Beverly Hills hotel a depuis rejoint le statut d’icône.


Iconique Beverly Hills hotel "wallpaper"

Exit l’inspiration rétro, certaines matérialisations récentes témoignent de son grand retour dans nos vies. La couleur verte est remise au goût du jour, au point de supplanter le rose millénial et devenir le pantone de référence de cette fin de décennie.


Joaillière lorsqu’elle se pare de teintes émeraudes : les intérieurs feutrés mais chaleureux des hôtels J.K. Place de Rome ou Paris leur rendent un hommage vibrant. Le lancement du site e-commerce du décorateur Michele Bonan – derrière le premier établissement du groupe – laisse une place de choix à la couleur qui vend et se vend : wallpapers imprimés, accessoires, mobilier…


D’autres comme Robin Standefer et Stephen Alesch de la firme RW Guild New York l’aiment Viridian, dans un esprit botaniste et une ambiance hautement victorienne. Au sein de leur restaurant new-yorkais Verōnika – un lieu qui fait le lien entre espaces d’exposition, vente et restauration sous la forme d’un all day-dining niché dans le musée de la Photographie contemporaine –, les bouteilles de verre recyclées couleur mousse de chêne rivalisent de tonalités précieuses : la lumière argentée modifie la perception et semble recréer l’illusion d’une photographie ancienne.

Verōnika restaurant at Fotografiska - New York

Brillant et chromatique, le vert se fait le reflet d’une intensité. Ambassadeur de choix du monde végétal, son illustration la plus aboutie demeure le projet londonien de Petersham Nurseries. Né dans un jardin botanique du Sud-Ouest londonien, l’implantation du concept store dans le quartier en vogue de Covent Garden semble mêler à la perfection éléments intérieurs et extérieurs. Le processus de végétalisation prédomine. Également pensé comme la clef de voûte des pop-up stores ou vitrines estivales, son rôle va bien au-delà du décor et de sa fonction purement esthétique. Ainsi nourris de lumière artificielle et enfermés dans le béton urbain, les décors naturels et motifs végétaux viennent transformer nos espaces : l’appel à la nature n’a jamais été aussi fort.

Enfin couleur d’une technologie responsable, les boutiques temporaires des Maisons de luxe ont fait la part belle à sa version néon, notamment au regard de l’emplacement éphémère LV par Virgil Abloh dans le quartier du cool new-yorkais du Lower East Side ou encore la mise en avant de Prada dans le hall des Galeries Lafayette Haussmann en février dernier.

Did you say Neon?

Les frontières et limites de nos univers physiques changent. Le mouvement vert offre l’opportunité d’une véritable détox dans nos intérieurs et vies confinées : respirer comme pour mieux transcender ce nouveau rapport au monde révélé par les effets de la crise sanitaire…


Envie d'en savoir plus sur l'actualité Deepidoo ?

Inscrivez-vous à la newsletter

  • Noir Facebook Icône
  • Noir Twitter Icon
  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir Icône YouTube
  • Noir Icône Instagram

Deepidoo Expérience client. Affichage dynamique. Marketing sensoriel.

DEEPIDOO FRANCE

22 Quai du Dr Gailleton, 69002 LYON​

Tél : +33 (0)4 37 26 85 75

contact@deepidoo.com